26 févr. 2008

Cake chocolaté aux truffes - Oncle Oli et tante Clairechen!

Ohlalala …. Le coup de vieux que j’ai pris dimanche en même pas 1 minute!!!!!

Je le voyais venir le petit bout, m’enfin j’me disais C’est bon, ma fille, t’as le temps ! Et puis, le temps passe, passe, et tout d’un coup, nous, enfin ma p’tite sœur se trouve à une semaine du terme… et là…. Là… Le coup de fil !

On avale un bon coup !!! GLURPS

Alloooooo ?

… oui…. Il est là ?

WAOW !!!!!!!

On félicite, on est émue, on en revient toujours pas, on en profite pour souhaiter un joyeux anniversaire à la maman et puis on raccroche car elle a l’air bien fatigué.

Et c’est là que la réalité reprend le dessus.

J’ai 30 ans depuis 2 semaines et à présent je suis une tante, Oli un oncle. Aaaaaaaaaaaaaah !!!!
Un petit bout nommé Sacha, 2500 grammes, est né dimanche 24 février. Le même jour que sa maman. Il est tout petit, il est très sage (parait-il) et j’ai très très hâte de faire sa connaissance. Mais il me faut attendre encore 2 semaines avant de le voir ! C’est beaucoup trop long.

Alors avant de faire connaissance et de devenir de gros gros copains toi et moi, mon petit Sacha, mettons les choses au point : Moi, c’est Claire (ou Claire-Emilie).

Pas tata.

Pas tata Claire.

Pas tantine, ni tantine Claire !!!!

Si tu respectes ces règles tout se passera bien entre nous et tu auras même droit (quand tu seras en âge) de manger du cake aux truffes de tanti…. Euh de Claire !!!!!! OK ? C’est noté ? Viens par ici que je te fasse de gros bisous et câlins !!!!!



****

Aujourd’hui je vous propose aujourd’hui un cake aux truffes. Détrompez-vous, je ne suis pas partie en vadrouille avec un cochon en laisse afin de trouver ce champignon, non, non… Seulement voilà, Noël s’était il y a 2 mois et, j’ai toujours des truffes de Noël !! Je ne pouvais plus les voir, il fallait que je m’en débarasse, mais pas question de les jeter (et puis quoi encore ?!) j’en ai donc fait un cake !!!!

Cake aux truffes de Noël et cacao inca
Inspiré du creamcheese cake de
Julie Andrieu

200g de Philadelphia (ou St. Morêt)
50g de chocolat (noir, au lait, blanc… c’est comme vous voulez)
200g de truffes de noël
2 càs de cacao Inca
Quai Sud
100g de beurre mou
100g de sucre
3 œufs
150g de farine
2 càs de vanille liquide
½ sachet de levure

Préchauffer le four à 160°.
Faire fondre les truffes au bain-marie.
Fouetter le beurre et le sucre jusqu’à obtention d’un mélange blanc et lisse. Ajouter le Philadelphia et continuer à fouetter.
Dans un récipient à part, mélanger la farine et la levure. Tout en battant ajouter petit à petit la farine.
Beurrer un moule à cake et saupoudrer de cacao.
Verser l’appareil dans le moule. Couper le chocolat en morceaux et les enfoncer dans la pâte.
Mettre au four pendant environ 50mn.

Vaisselle Luminarc

C’est moi qui parle !: Un cake fondant avec une légère touche piquante dû au cacao Inca Quai Sud. Nous l’avons mangé accompagné d’une sauce à la vanille (toute prête mais dé-li-cieu-se !). Il peut se conserver plusieurs (dans une boîte ou emballer dans du papier alu) tout en gardant son fondant et sa saveur.

Je vous quitte pour 2 jours, car je pars en déplacement !!!

21 févr. 2008

Mousse au chocolat beurre salé - Surtout rester zeeeeen!

Divers jeux courent sur les blogs ces temps-ci et il fallait bien que cela arrive : J’ai été taguée.
A qui la faute?
Flo Bretzel, Inoule et quelques autres personnes (désolée je ne me rappelle plus qui m'a fait l'honneur). Il parait que je dois dévoiler 6 choses.


C’est là que je me suis posée une question… Ne me suis-je pas déjà assez dévoilée sur ce blog ? On en veut encore plus ?

Alors Mesdames, ne m’en voulez pas si je ne réponds pas à ce questionnaire. Je pense qu’en lisant ce blog vous en apprenez déjà pas mal sur moi, et vous en apprendrez toujours un peu en venant me rendre visite… Sans rancune, ok ?

Je ne sais pas vous, mais moi, ma pause de déjeuner, elle est sacrée ! Le midi, il faut que je sorte et me promène.

Rester enfermée toute la journée dans un bureau où 20 personnes bossent, non merci c’est pas pour moi.

Alors je sors. Je pointe mon nez vers le soleil et apprécie ce temps si doux que nous avons eu (Oui, EU, parce que là c’est fini !).

J’en profite toujours pour faire un petit tour par le Karstadt, l’équivalent du Printemps en France. Et là, à chaque fois, je perds la zénitude acquise repart aussi vite qu'elle est venue!

Le sujet que je vais aborder, j’en suis sûre vous le connaissez tous.

Il est midi.

Tu as ta pause midi.

Tu veux en profiter pour faire des courses, car tu n’auras pas le temps (ou l’envie) après le boulot.
Tu n’as qu’une heure.

Tu es pressé(e).

Alors…

Pourquoi, POURQUOI, les personnes âgées (= + de 70 ans) vont-elles faire leurs courses à ce moment là ?? Le caddy plein jusqu’aux haricots et ayant le temps de papoter avec la caissière pendant que 10 personnes (tu es la onzième) attendent pressées derrière.
OK, d’accord, j’assume, je suis sûrement intolérante, mais franchement, ça m’énerve plus qu’autre chose !

Hier soir, par exemple, alors que je faisais quelques courses après le boulot pour le dîner, une petite (vieille) dame qui était tout au bout de la file, a réussi à passer devant tout le monde en demandant gentiment avec un joli sourire si elle ne pouvait pas passer devant, puisqu’elle n’avait qu’une babiole. Et gentils, comme nous étions, nous les travailleurs, nous l’avons tous laissée passer !! Mais, croyez-moi, nous avons tous pensé la même chose : « P’tite dame, tu n’aurais pas pu le faire toute la journée –hormis entre 12h et 14h soyons clairs !- au lieu de le faire maintenant à l’heure de pointe ?! ».

Je sais, je sais, je ne suis pas gentille à râler comme cela, mais bon, on n’est pas aussi au pays des Bisounours ici !!! Laissez-moi au moins râler de temps en temps siouplé. Et puis, bon, ce n’est quand même pas tous les jours que je vais vous raconter une love-story entre des appareils electro-ménagers ! Si c’était ça, les hommes avec les gilets blancs seraient passés depuis longtemps me chercher !

Pour calmer mes nerfs et ceux de toutes les autres personnes qui connaissent ce genre de situation et les énerve, j’ai adopté THE remède !!!
Marion euh Fabienne ! Dans mes bras !!!! Boudiou que ça fait du bien une p’tite mousse au chocolat beurre salé !!!!! Je bannis toutes les autres mousses au chocolat de mon registre… (bon, peut-être pas celle-là (click) quand même… elle était sublissime aussi !).


Mousse au chocolat beurre salé de Marion qui la tient de Fabienne
Bien sûr j’ai fait quelques mini-changements…

250g de chocolat noir à 60% (moi : Je n’avais que du 50%)
6 œufs
50g de beurre salé (J’ai rajouté une pincée de sel afin qu’on retrouve bien le goût !)

Faire fondre le chocolat et le beurre au bain-marie.
Séparer les blancs des jaunes et les monter en neige (les blancs … hein !!).
Ajouter un à un les jaunes au chocolat fondu et bien mélanger.
Ajouter les blancs en neige en mélangeant consciencieusement.
L’appareil doit être bien « aéré » !
Versez dans des ramequins / verrines et comme le dit si bien Marion « essayez d'attendre 6 heures au réfrigérateur avant de servir » !

C’est moi qui parle !: C’est hyper dur d’attendre 6 heures afin de les manger !!! Mais une fois que vous avez goûté, vous ne pouvez plus vous en passer !!!!!

Et pour terminer ce billet et aussi parce que cela fait bien longtemps que je n’ai pas mis de photo de Düsseldorf pour faire plaisir à (l’autre) Marion, voici la vue de notre fenêtre mardi soir alors que le soleil se couchait ! Des couleurs magnifiques s’offraient à nous !

18 févr. 2008

Love machine story - Pasta a la melanzana

Flemme de tout en ce moment.
Flemme de cuisiner parce que de toute façon une catastrophe arrive (ou deux à deux brûlures au même bras !)
Flemme de ranger la maison (heureusement à deux, ça va plus vite !)
Flemme de bloguer.

Mais il suffit que le soleil pointe son nez afin que je reprenne du poil de la bête !!! A bas les maux de têtes, les brûlures, la fatigue, etc !!! Me voilà de retour !

Qui dit Clairechen, dit love story avec son Oli ! Ça oui, on le saura ! Mais aujourd’hui, ce n’est pas de MA love story dont je vais vous parler, mais de celle entre mon lave-linge et mon lave-vaisselle que
je vous avais annoncée il y a quelques temps.

L’histoire commence début février où nous décidâmes d’acheter un nouveau lave-linge. Le soleil se couchait à peine lorsqu’Oli annonça son entrée dans la cuisine par des sons qui laissaient penser que notre nouveau membre de famille était lourd. 91 marches pour monter 70kg ce n’est quand même pas la mer à boire, Oli !! Enfin, un peu d’exercices physiques, please !

Bref, où en étais-je ?

Ah oui, le soleil se couchait à peine lorsque notre nouveau lave-linge fit son entrée dans notre humble demeure. A première vue, rien ne semblait trahir son béguin pour le lave-vaisselle. Aaaah c’est qu’ils ont bien caché leur jeu, ces deux là !

Oli vira l’ancien lave-linge (Allez zou !!! Par la fenêtre la vilaine machine à laver qui déchire le linge) et installa notre nouvel appareil à sa place. Tout se passa bien et nous fîmes le premier lavage (à vide) recommandé par le fabricant. Par-fait. L’aventure pouvait commencer.

Afin de me faciliter la vie, j’ai choisi une machine avec une option de programmation afin de mettre la machine en marche à l’aube pour que le linge soit prêt à étendre le matin. La première machine (pleine cette fois-ci) fut donc programmée pour 5 heures du matin le lendemain.

Jusqu’ici tout baigne.

5h46 (D-day de mise en marche), Oli se lève et ne revient que 20mn plus tard. Mais qu’est-ce qu’il fait ?

6h07 moi (plutôt la tête dans le pâté) : Ben t’étais où ?

HEIN ?! T’as pas entendu ?

entendu ?? Entendu, quoi ?

Ben, la machine à laver, pardi ! Je l’ai retrouvée à côté du lave-vaisselle !!!

QUOI ?!

Mesdames et monsieur, il est de mon devoir de vous expliquer à ce moment de mon récit, comment est constituée ma cuisine aménagée. A gauche de mon évier, vous avez le lave-linge, à droite (de l’évier) le lave-vaisselle. Comme vous pouvez le remarquer, nous avons bien fait attention à séparer les appareils afin de ne pas mettre la vaisselle sale dans le lave-linge et vice-versa.

Retour à ce réveil très (TRÈS) matinal. A l’essorage, donc, notre lave-linge n’a rien trouvé de mieux de sortir de son trou en faisant un boucan incroyable. Plus il essorait, plus il sortait jusqu’à se retrouver A CÔTÉ du lave-vaisselle, simplement retenu par le câble de courant et le tuyau à eau (Et là, c’était moins deux !!!).

Nan, mais c’est quoi, ce cirque !!! Même pas 24 heures dans un nouvel environnement et déjà on fout le zouc !!!! OK, ok, je comprends que c’était le coup de foudre, mais le romantisme a des bornes !!!!

Je vous épargne la discussion qui s’ensuivit (Mais qu’est-ce qu’on va faire si elle (la machine à laver) fait ce bruit ET ce pèlerinage à chaque fois ? Que vont dire les voisins ? etc). Oli se mit à la quête du problème (ou de la solution… c’est comme vous voulez !), et il ne m’y pas longtemps à trouver.

Là, c’est le moment GROSSE HONTE pour Oli !! Qui a oublié d’enlever ou plutôt n’a pas vu la nécessité d’ôter les vis de sécurité ? Hein ? Qui ????

Ouais…. OLI !!! C’te honte !!!!!!!

Pasta a la melanzana *
Vaisselle Luminarc

1 aubergine
20 pâtes (type petits cannelloni)
1 boule de mozzarella
Des feuilles de basilic
Sauce tomate (toute prête ou faite maison. Un peu comme ma
bolo mais sans viande)
Sel
Huile d’olive
Thym

Préchauffer le four à 210°c.
Laver l’aubergine et la couper en rondelles de 0,5 cm d’épaisseur.
Badigeonner les rondelles d’huile d’olive, saler et saupoudrer de thym et les faire griller au four 5 à 10mn de chaque côté. Laisser refroidir.

Préparer les pâtes comme indiqué sur le paquet.
Couper des tranches de mozzarella.

Mettre une cuiller à café de sauce tomate sur une rondelle d’aubergine, puis un (petit) morceau de mozza, puis une feuille de basilic. « plier » en deux, afin de pouvoir mieux enfiler dans une pâte. Procéder de la même façon pour le reste !

Manger de préférence tiède ou froid.

C’est moi qui parle !: Que ce soit à l’apéro, au dîner ou au déjeuner, ces petites choses sont à tomber !!!


14 févr. 2008

Gâteau à la pêche et fruits de la passion - J'suis une fille!

Au cas où je ne le savais pas encore, mon chéri m’a confirmé dans la nuit du vendredi à samedi, à minuit pile pour être exact, que j’étais bien une fille.
Ooooh ça va, les esprits tordus, je ne parle pas de ce que vous pensez !!!!

Entourée de quelques amis, le champagne pas très frais becoz nous l’avions mis seulement 10 minutes avant au frigo, Kool and the Gang dans le lecteur CD chantant « Celebration », me voilà qui avait soudain 30 ans.
Trente ans ! Ayé ! J’ai quitté le clan des djeuns ! C’est fini ! Je suis une grande (pas par la taille, soyons clair, mais par l’âge). Alors hop, hop, hop, les poupées Barbie, les Lego, les perles, etc. au placard.

Mais pourquoi Oli m’a-t-il donc confirmé que je suis et serai pour lui toujours une fille ?

Ceux qui suivent ce blog savent que j’apprécie beaucoup Jean Dujardin…

Enfin, disons que j’ai un penchant….

Enfin le béguin …

F..K, Jean, JE T’AIME !!!

Oui, voilà, vous le savez ! J’aime Jean !!!

Mais que d’amour admiratif (si ça existe), parce que mon Jean personnel c’est Oli.

Bref. Vous vous rappelez Jean et Alex dans la sitcom « Un gars, une fille » ? Malgré le fait que je vivais en Allemagne (et y vis toujours) lors de la diffusion de l’émission, je n’ai jamais pu voir cela en direct. Heureusement le dieu du multimédia a pensé aux DVD et je ne le remercierai jamais assez !
Je les ai TOUS !!! Régulièrement séance un gars une fille à la maison. Avec Oli qui bien sûr donne toujours raison à Jean (Forcément !).

Alors voilà, même si la série n’existe plus, je reste une faaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaan !!!

Et Oli a eu la merveilleuse idée de m’offrir pour mes 30 ans, non pas un collier avec un diamant de 18 carats de chez Cartier … euh le Manège à Bijoux… Non, non. Ladies et Gentlemen je suis l’heureuse propriétaire du peignoir « UNE FILLE » !!!!


Et ça, ça vaut tous les diamants du monde (enfin presque…. Faut quand même pas pousser Mémé dans les orties !!!!).

Merci mon chéri !!!!!

Allez tous ensemble:
HAPPY BIRTHDAY TO YOOOOOOOOUUU CLAIRECHEN!!!!!!!!


Gâteau aux pêches et fruits de la passion


Génoise :
4 œufs
100g de sucre
100g de farine tamisée
1 càs de vanille moulue

Séparer les blancs des jaunes. Monter les blancs en neige. Fouetter les jaunes avec le sucre jusqu’à ce que le mélange blanchisse. Ajouter la vanille. Mélanger. Ajouter les blancs et mélanger délicatement à l’aide d’une spatule. Verser petit à petit la farine tamisée et mélanger (toujours délicatement). Préchauffer le four à 200°c.

Revêtir un moule à manquer de papier sulfuriser et y verser l’appareil. Bien lisser la surface. Enfourner pendant 10mn. Attendre quelques minutes avant de démouler. Déposer la génoise sur un grand plat (ce sera celui que vous utiliserez pour servir le gâteau) et enlever le papier sulfurisé.

La « mousse »
1 boîte de conserve de pêches au sirop 2 pots de crème liquide (200 à 250ml de contenu) (Si vous trouvez : 2 sachets de fixe-chantilly = en allemand : Sahnesteif)


Couper les pêches en morceaux (pas trop gros). Battre la crème liquide afin d’obtenir une chantilly (si vous avez du Sahnesteif/Fixe-chantilly, ajoutez-les à la crème liquide). Ajouter les pêches à la chantilly en mélangeant délicatement. Déposer le mélange chantilly-pêche sur la génoise et former à l’aide d’une spatule une sorte de talus.

La gelée
2 sachets de sauce à la vanille sans cuisson
35cl de jus de fruits de la passion

Verser les deux sachets de sauce vanille en poudre dans un saladier et verser petit à petit le jus de fruits de la passion dessus tout en mélangeant à l’aide d’un fouet.
Vous devez obtenir une gelée épaisse.

Verser cette gelée sur le gâteau et bien le recouvrir jusqu’à ce que la chantilly ne soit plus visible.


C’est moi qui parle !: Cela fait des années que nous mangeons ce gâteau à mon anniversaire ! C’est un délice ! Il fond dans la bouche. Comme je l’ai déjà dit, je suis un peu difficile sur les gâteaux à la crème, mais il y a quelques exceptions comme celle-ci. Ce gâteau est extrêmement frais et exotique !

Allez un p’tit film avec mon chéri d’amour …. Nooooooooooon pas Oli…. JEAN (mais c'est de l'amour "admiratif"!!! Suivez bon sang!!!)!






7 févr. 2008

Clafoutis fondant aux cerises - Les news post-carnaval!

Dans la famille „Cépômafôte“, je demande la cousine de la fille!!! Oui, oui !!! C’est moi !!!!!
Je m’excuse de cette longue attente sur mon blog, mais vraiment, vraiment c’est pô ma faute !!!! (Je devrais réfléchir à ce que la chanson "Moi ... Lolita" devienne mon hymne!!! Ben quoi?! Elle dit pas tout le temps " C'est pô ma faute"!!!)

5 jours de carnaval viennent de s’écouler et depuis 3 jours je cuisine, cuisine, cuisine jusqu’à pas d’heure !!! Une fête pour plus de 30 personnes ça ne s’organise pas en 5 minutes. Alors aujourd’hui, je vais vous faire un peu un billet « compte-rendu » sur le pourquoi du comment de mon absence.

J’ai reçu quelques mails me demandant « Alooooors, le carnaval » ?? Alors, alors…. Ben trop rien cette année. Quelques soucis de santé du côté de ma maman, ainsi que ma (presque) grand-mère, les amis partis en voyage, le mari qui fuit le carnaval (Oui, Oli, allemand et de la région de Cologne n’aime pas le carnaval !!! Franchement faut être douée pour trouver un mec comme celui-là !!!!), si bien que cette année, j’ai fait tout doux… tout doux… Mais une chose m’a particulièrement plu pendant un défilé, si bien que je l’ai filmée. Vous trouverez la vidéo à la fin du billet !

Un peu déçue cette année des défilés vus dans les petit(e)s villages/villes et déçue également de la récolte de Kamelle !!! Ils n’ont pas jeté beaucoup cette année !!! Mais j’ai quand même attrapé une radio de douche (qu’Oli refuse d’accrocher !), un mini mètre pliant et des trucs antidérapants pour la douche (Là aussi, refus total de la part du mari….. pffffffff on n’est plus libre de rien !!! Pourtant c’est joli ces trucs rose et jaune fluo !).

A part ça, nous avons une nouvelle machine à laver, et là vous pouvez vous réjouir dès maintenant du billet de la super love story de notre lave-linge avec le lave-vaisselle !!! Un grand moment de rigolade la semaine dernière avec Oli! Je suis d’ailleurs en discussion avec Steven Spielberg pour en faire un film !! (Et alors !! Pourquoi ce serait toujours Marc Lévy !).

Mais d’ici-là, je vous donne la recette du jour qui n’est pas assez honorée par ce billet.
Vu qu’il fallait que je fasse de la place dans mon congélateur becoz mes préparatifs pour notre fête doivent bien être stockés quelques part, les cerises aigres que je gardais pour une belle/bonne occasion. Celle-ci eu lieu lundi dernier alors que le temps était tristounet et pluvieux et que le programme d’aller voir le défilé du carnaval avec mon amie Carine et sa petite fille Lou (2 1/2 mois) tombait à l’eau (dans tout le sens du terme !!!).

Un clafoutis s’imposait !!!! Aucune autre consolation n’aurait pu nous faire autant de bien !!!!

Clafoutis aux cerises

700g de cerises aigres
Du beurre
100g de sucre en poudre
100g de farine
2 càc de sucre vanillé
1 pincée de sel
3 œufs
25cl de lait
2 à 3 càs de sucre en poudre

Préchauffer le four à 180°c.
Beurrer un moule (à manqué, rectangulaire pour moi). Equeuter et laver les cerises puis les verser dans le moule en les serrant bien. Saupoudrer d’un peu de sucre.
Dans un récipient mélanger la farine, le sucre, le sucre vanillé, le sel et les œufs. Mélanger au robot (ou au mixer) en veillant à ce qu’il n’y est pas de grumeaux. Délayer petit à petit avec le lait jusqu’à obtention d’une pâte lisse (proche de la pâte à crêpe).
Verser l’appareil sur les cerises et enfourner pour 40 minutes.
Saupoudrer de sucre à la sortie du four.

C’est moi qui parle !: Mmmmmmmmmmmm à déguster avec un bon café ou une tasse de thé avec un(e) ami(e), son/sa chéri(e) ou tout(e) seul(e) !!!

Place à la vidéo des Crash test dummies vus dimanche lors du défilé !!!